Le moulin de Pont de Ruan en Indre et Loire.

Le moulin de Pont de Ruan, moulin à étoffe,  construit en 1285 était la propriété des Archevêques de Tours. Il fût  transformé en moulin à blé en 1370 et à farine au 19ème siècle, puis les roues permettent de fabriquer de la glace jusqu’en 1972. Ce site exceptionnel est classé depuis le 8 juin 1948.

La commune de Pont de Ruan aujourd’hui propriétaire depuis 1993 remet le moulin en valeur et les roues en fonction. Les salles avec mécanismes sont ouvertes au public tout l’été et présentent des expositions artistiques et artisanales des produits locaux.

Cliquez sur l’image pour la voir en grand.

  

 

 

 

 

  

 

 

  

 

 

  

 

Le Grand Moulin d’Artannes en Indre et Loire.

On appele la Vallée du Lys la partie de la Vallée de l’Indre qui va de Monts à Azay le Rideau. L’origine de ce nom est le celèbre roman de Balzac. On peut y trouver de nombreux moulins qui dans la plupart des cas sont devenus maintenant des résidences d’agrément.

L’entrée du Lys est Artannes. C’est un village très ancien construit sur une source et un gué.

Je vous présente son Grand Moulin du XVème siècle dont la roue fût arrêtée en 1988

Cliquer sur l’image pour la voir en grand.

 

 

 

 

 

   

 

 

 

Les moulins du « Breuil » et des « Fleuriaux » à Monts (Indre et Loire).

Ces deux moulins ont longtemps appartenu à la même famille. Celui du Breuil, cité dans les textes du 15ème siècle, offre face au courant une façade en étrave de bateau, pour mieux résister à la pression de l’eau. Le moulin qui lui fait face, les Fleuriaux, est une tour carrée à crépi rose construite au 18ème siècle. L’édifice a gardé sa machinerie et sa roue a été restaurée. On y accède par un joli pont en pierre à 4 arches. L’Indre se divise ici en trois bras entourant des îles verdoyantes, des nénuphars, des iris d’eau et l’été des plages de sable.

Cliquer sur l’image pour la voir en grand.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

Le Grand moulin de Ballan-Miré en Indre et Loire.

Ce moulin fût construit au milieu du Cher entre 1515 et 1520 par Jacques de Beaune Semblancay, Seigneur de la Carte, trésorier d’Anne de Bretagne et Surintendant des finances de Louis XII. Il demeure l’un des derniers moulins-pendants construits entre le XV et le XIX siècles sur les rivières naviguables de France à forte fluctuation d’eau. Il s’agit d’une construction en tuffeau recouverte d’ardoises.

Le bâtiment abritera une activité meunière jusqu’en 1973, date de la construction de l’actuelle minoterie. 

Cliquer sur l’image pour la voir en grand.

 

  

 

 

 

 

Le Moulin d’Azay le Rideau.

Bien connu pour son Château, le bourg d’Azay le Rideau construit au pied et à flanc de côteau possède également son moulin, un corps central en étrave, avec une charpente du XVIème Siècle.

 

Cliquez sur les images pour les voir en grand.